Découvrez plus d'œuvres

œuvre du musée

Travée d'axe du choeur et du contrebutement du chevet de la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais

Numéro d'inventaire

D.MAP/CRMH 28

Situation

Exposé

Précisions sur le numéro d'inventaire

Autre numéro d'inventaire attribué lors du dépôt en 2007 : MAQ.00010

Statut

Propriété de l’État, Cité de l’architecture et du patrimoine, musée des Monuments français

Auteur(s)

Datation

1898

Discussion de la sous-commission chargée de l'exposition des monuments historiques le 29/03/1898 : propose d'exposer des modèles en plâtre de grands monuments à côté des dessins et photos traditionnellement exposés. Ces modèles resteraient la propriété de l'Académie des Beaux-arts et pourraient servir de support de cours.
Le 5 janvier 1899 : modèles inscrits sur l'inventaire des archives de la commission des Monuments historiques.
Séance de la sous-commission de l'exposition des Monuments historiques du 29/03/1898 les mb (?) définissent le choix des modèles en plâtre à fragments démontables à exposer lors de l'exposition universelle de 1900.
Probablement exécuté dans l'atelier installé dans la galerie côté Passy. Création pour l'exposition universelle de 1900 ; Relevés préparatoires d'A. de Baudot et H. Chaine non conservés par le CRHM.

Description

Cette maquette est composée de 40 éléments : un bloc initial, triforium axial du déambulatoire (brisé en 2), colonnes du déambulatoire, 2 parties de la culée extérieure, piliers fasciculés, 2 retombées de la voûte du déambulatoire, baie haute axiale, couvre agrafe droit, couvre agraphe gauche, balustrade axiale supérieure, 2 parties médianes des culées extérieures, 2 éléments inférieurs de la culée intérieure, 2 piliers intérieurs, 2 parties supérieures des culées extérieures, petits arcs boutants, meneau central de la baie.

Matières

  • Plâtre
  • Armature métallique

Présence d'une armature métallique notamment dans les piliers.

Dimensions

Sans socle

Prof. : 106.4 cm

H : 386 cm; l : 189 cm

Echelle : 7,5cm/m

Hauteur non vérifiée lors du récolement de mars 2011.

œuvre de référence

Cathédrale de Beauvais, choeur, déambulatoire et chapelle d'axe

Datation

Vers 1250

Emplacement dans l'édifice

Choeur, chevet et déambulatoire

Edifice de référence

Beauvais - Cathédrale Saint-Pierre

Localisation

Beauvais, Oise, Picardie, France

Datation
13e siècle-16e siècle
Précisions sur l'historique
C’est en 1225 que la construction de la cathédrale débute à l’initiative de l’évêque Milon de Nanteuil qui souhaite alors faire bâtir la plus haute et vaste église du royaume sur les ruines de la cathédrale préromane. La construction débute avec la partie orientale du transept puis la couronne des chapelles et du collatéral intérieur, et enfin les parties hautes du vaisseau central. Le chantier se termine avec l’ajout d’un nouveau chœur gothique en 1272. Douze ans plus tard les parties hautes des travées droites du chœur s’effondrent. S’entame alors une campagne de reconstruction menée par l’architecte Enguerrand Le Riche, mais les réparations sont interrompues au milieu du XIVe siècle par la guerre de Cent Ans. Ce n’est qu’en 1500 que les travaux reprennent avec la construction du transept de style flamboyant réalisé par l’architecte Martin Chambiges puis, à sa mort par Michel Lalic. C’est également à cette période qu’est bâti le cloître actuel. De 1563 à 1569, une flèche de 150 mètres de haut est érigée à la croisée du transept mais cette dernière s’écroule peu de temps après, en 1573, entrainant des travaux de reconstruction jusqu’en 1578. Il faut attendre 1600 pour que l’édification de la nef démarre sous la direction de Martin Candelot, mais seule la première travée est construite et la cathédrale reste donc inachevée suite à l’arrêt des travaux cinq ans plus tard ce qui permet la conservation des trois dernières travées de la nef de la cathédrale romane. En 1840 la cathédrale est rachetée par l’Etat, restaurée puis remise en fonction en 1867. La cathédrale présente un plan en croix latine avec cinq vaisseaux, une abside à déambulatoire et sept chapelles axiales. Ses voutes d’ogives atteignant 47 mètres, sont les plus hautes de l’architecture gothique française. Elle est classée Monument historique en 1840.

Mise à jour le 25/04/2016