Découvrez plus d'œuvres

œuvre du musée

Tympan: Dormition de la Vierge

Numéro d'inventaire

MOU.06550

Situation

Exposé

Date d'inscription à l'inventaire

1924

Statut

Propriété de l’État, Cité de l’architecture et du patrimoine, musée des Monuments français

Auteur(s)

Auteur(s) de l'œuvre du musée

Datation

1923

La commande de nouveaux moulages de la cathédrale de Strasbourg est envisagée en 1923: l'architecte en chef de la cathédrale envoie un premier devis en date du 18/04/1923. Dès le mois de mai la liste est arrêtée: "le rang des Anges avec dais, le tympan de la Dormition, la Synagogue, le groupe de la Tentation" (lettre du maire de Strasbourg à Camille Enlart, 16/05/1923). La commande est effective en juin de la même année. En août, le groupe de la Tentation, le tympan de la Dormition et la Synagogue sont achevés. L'ensemble des moulages est envoyé en mars 1924. (correspondance, AMMF).

Description

Serti de pampres, ce tympan abrite la scène de la Dormition de la Vierge. En arrière-plan, le Christ bénit sa mère et tient son âme, figurée tel un petit enfant en prière. Autour de lui, les apôtres. Au premier plan, une femme assise se tord les mains de douleur. Dans le monde germanique, on qualifie cette scène de "Marien Tod", littéralement la mort de la Vierge, minimisant la croyance en la montée au ciel de l'âme et du corps de Marie.
Les drapés très fluides et fouillés, l'expression de la douleur par des pauses naturelles, sont caractéristiques du style qui se développe dans la région rhéno-mosane et en France du nord entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle, le style 1200, qui puise son renouvellement formel dans l'art de l'antiquité. La filiation à l'antique est particulièrement probante dans cette oeuvre.
L'ensemble du portail du transept sud est dédié au triomphe de la Vierge, assimilé au triomphe de l'Eglise: l'autre portail figure le Couronnement de la Vierge tandis que de part et d'autre des portes se tiennent l'Eglise et la Synagogue (voir MOU.06551).
On attribue au même atelier le Pilier des anges (MOU.00450, MOU.06546 à MOU.06549).

Dénomination

Matières

  • Plâtre
  • Patiné

Dimensions

Prof. : 40 cm

H : 141 cm; l : 190 cm

œuvre de référence

Dormition de la Vierge

Datation

Vers 1240-1250

Emplacement dans l'édifice

Tympan du portail ouest du transept sud

Edifice de référence

Strasbourg - Cathédrale Notre-Dame

Localisation

Strasbourg, Bas-Rhin, Alsace, France

Datation
1176-1439
Précisions sur l'historique
Le site de la cathédrale est occupé par des édifices religieux dès l’antiquité. En 1015 l’empereur Henri II et l’évêque de Strasbourg posent ensemble la première pierre de la nouvelle cathédrale sur les ruines d’un édifice carolingien. Cette première église de style ottonien brûle en 1176. Les travaux de la cathédrale Notre-Dame commencent la même année avec dans un premier temps la construction du transept et du chœur roman. Vers 1220 un changement de style s’opère dans la nef qui est transformée pendant une quarantaine d’années afin de la rendre conforme au style gothique d’Ile de France. L’élévation du massif occidental débute en 1276 à la demande de l’évêque de Strasbourg et ne s'achève qu’en 1439. En 1284 le nouveau maître d’œuvre Erwin von Steinbach s’attaque au chantier de la façade gothique et de la rosace qui surplombe le portail. Sont ensuite achevées la façade et la chapelle Sainte-Catherine entre 1339 et 1365 par Gerlach. Ulrich d'Ensingen supervise l’érection de la tour octogonale entre 1399 et 1419. La flèche quant à elle, est achevée en 1439 par Johannes Hültz mettant ainsi fin à presque trois siècles de travaux. Malgré tout, on dénombrera de nombreux ajouts tout au long du XVe siècle. En 1682, le jubé est détruit lors de la réintroduction du culte catholique dans la ville devenue protestante. Au lendemain de la Révolution en 1792, on déplorera de nombreuses destructions dont deux-cent trente-cinq statues. Une partie de la statuaire est cependant sauvée par Jean Hermann, directeur du Jardin botanique, qui enterre alors une partie des statues dans le Jardin. Une année plus tard la flèche manque de subir le même sort mais y échappe de peu. En 1813, de grands travaux de restauration débutent mais la cathédrale est à nouveau endommagée lors de la guerre franco-prussienne au niveau du toit et de la flèche. Une nouvelle campagne de restauration sous la direction de l’architecte Gustave Klotz est lancée en 1878 et 1879 afin de restituer les parties détruites par la guerre. Au XIXe siècle, les restaurations reprennent avec Johann Knauth qui, entre autre, sauve la flèche de la cathédrale menacée d'écroulement entre 1906 à 1926. Une des spécificités de Notre-Dame de Strasbourg est sa hauteur puisque du sol au sommet de la pointe elle mesure 142 mètres. Le plan de l’édifice est en croix latine. La nef et les collatéraux sont composés de sept travées avec voûtes sur croisée d’ogives. Les arcs-boutants sont en nombre limité. La cathédrale Notre Dame de Strasbourg est classée monument historique par liste de 1862.

Mise à jour le 30/11/2015