Affiche Crac des Chevaliers
Exposition

Le Crac des Chevaliers. Chroniques d’un rêve de pierre

du 14 septembre 2018 au 4 mars 2019
Galerie des moulages
Salle Viollet-le-Duc
Dans la lignée des efforts fournis par la France pour sensibiliser au sort du patrimoine du Levant, l’exposition, fruit d’un partenariat entre la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine et la Cité de l’architecture, voudrait examiner le Crac des Chevaliers à la fois sous l’angle architectural et politique, en illustrant sa place symbolique dans l’imaginaire occidental.

À l’ouest de la Syrie, à quelques kilomètres de la frontière libanaise, le Crac des Chevaliers dresse depuis plus de huit cents ans sa silhouette guerrière. « Clef de la Terre Sainte » au temps des Croisades, fortifié encore par les Mamelouks après sa prise en 1271, ce château gigantesque attire les archéologues occidentaux des xixe et xxe siècles. Il est aujourd’hui un monument-phare du patrimoine syrien.

Malgré l’usure des siècles, le Crac des Chevaliers conserve intact son pouvoir de fascination. Cette exposition, organisée en partenariat avec la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, voudrait examiner les ressorts de ce pouvoir, en montrant le château sous l’angle de l’architecture et de l’histoire.

Les maquettes et les moulages historiques ici rassemblés donnent à voir les détails de ce « rêve de pierre », une forteresse immense dont la construction par les religieux Hospitaliers a duré plus d’un siècle, mobilisant des forces que l’on peine à concevoir.

En parallèle, une réunion exceptionnelle de photographies, de dessins et de peintures illustre la façon dont le Crac, à partir du milieu du xixe siècle et surtout au temps du mandat français sur le Liban et la Syrie, a été redécouvert. C’est, en effet, à partir de 1927, sous l’impulsion de l’historien Paul Deschamps, qu’une poignée d’érudits et d’architectes ont uni leurs efforts pour explorer le château, le restaurer et le faire connaître en France.


Crac ou Krak ?

Les deux écritures sont possibles, mais seul le mot « Crac » fait référence à l’histoire du lieu : il traduit le « Cratum », utilisé par les Croisés pour signifier l’expression « Hisn Al-Akrad », littéralement « la forteresse des Kurdes ». Cette appellation, utilisée en Syrie depuis le XIe siècle, fait référence à la population de la première garnison qui occupa le château. Tous les textes français et latins du Moyen Âge emploient le « C ». L’historien Paul Deschamps, grand spécialiste du Crac dans les années 1930, a donc rectifié l’habitude apparue au XIXe siècle d’écrire le mot avec un « K ».

Logos des partenaires de l'exposition Crac des chevaliers
Informations pratiques

Galerie des moulages
Salle Viollet-le-Duc

1 place du Trocadéro et du 11 novembre
Paris 16e
Métro Iéna ou Trocadéro

Ouvert tous les jours sauf le mardi
de 11h à 19h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h

Accès compris dans le billet d’entrée au musée

Commissariat

Jean-Marc Hofman,
attaché à la Conservation de la galerie des moulages de la Cité de l'architecture & du patrimoine

Emmanuel Pénicaut,
conservateur du patrimoine, directeur adjoint de la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine

Soutiens

L'exposition bénéficie du soutient du ministère de la Culture, Secrétariat général, département de l'Innovation numérique, du fonds de dotation Arpamed, premier fonds dédié au soutien à l'archéologie française e Méditerranée et du partenariat de l'Œuvre d'Orient.

Tags