Deux à deux
Mini Maousse 5

Ma cantine en ville

Sujet du concours

Manger dans la rue se résume souvent à avaler un « aliment préparé » en posture debout, pris entre les flots discontinus des piétons et celui des automobiles. Les bancs publics, jadis lieu de convivialité sont considérés désormais comme source de désordre ; tolérés dans nos jardins et nos parcs publics ils sont proscris de la plupart de nos rues. Hormis la terrasse de café, rien n’invite aujourd’hui à s’arrêter dans la rue pour se restaurer seul ou à plusieurs, se poser et prendre le temps. Cette réalité repose sur une représentation fonctionnaliste de l’espace public, exclusivement dédié à la gestion des flux, individus et marchandises. Pour celui qui refuse le déjeuner au bureau devant son ordinateur, dans l’entreprise, à l’usine, ou le dîner au restaurant, aucune autre alternative que celle du « fast food » et de la « baraque à frite », réalité exécrée de la « malbouffe ».

Pourtant, l’histoire nous enseigne que la rue n’a pas toujours été cet espace contraint par des normes d’hygiène et de sécurité, dédié prioritairement au commerce et à la circulation, mais un lieu où ce sont constituées et affirmées nos sociabilités et affinées nos vies collectives. Ailleurs dans le monde, la rue reste le théâtre fascinant dans lequel les humains se côtoient dans leurs multiples activités et notamment celles relatives aux « arts de la subsistance ». Dans nos récits de voyage les exemples abondent. En Chine, les marchés de nuit où l’on grignote de stand en stand ; à Tokyo le souvenir de soirées hivernales autour d’un bento au Yataï ; en Inde lorsque nous achetons notre plat au Dababblawwas ; à Bamako au petit matin chez la marchande de beignet ou à midi à Antananarive, écrasé par le soleil, à déguster un ravitoto à l’ombre dans un maki.

Certes le climat des pays du nord ne favorise pas l’extension de ces pratiques, se déployant le plus souvent dans des architectures sommaires, quelquefois même à ciel ouvert. Pourtant la persistance des foires, des marchés, mais également la recrudescence des fêtes de quartier, des vide-greniers, voire l’apparition récente des apéritifs géants, démontre s’il en était besoin les puissantes aspirations des citadins à investir les espaces publics pour briser la solitude et l’isolement. Nos sociétés développées, prises dans des tissus urbains en extension infinie, ont besoin plus que jamais d’hospitalité. Dès lors, s’installer pour manger dans la rue est une manière d’affirmer la qualité d’un lieu, d’un ici et maintenant ; un acte que l’on pourrait qualifier de politique puisqu’il affirme, en se posant, redonner de la qualité à l’espace public et de la valeur au temps collectif. Il s’agit rien de moins que de réactiver nos civilités, voire d’en inventer de nouvelles.

En reprenant l’idée de la cantine, dans sa signification historique - celle d’un meuble conçu à la fois pour le transport de vivres mais aussi en tant que réfectoire dans lequel sont pris les repas en commun - nous invitons les étudiants en architecture et en design à imaginer un dispositif (un objet hybride entre meuble, véhicule et architecture) capable de répondre non seulement à la préparation des aliments, à leur distribution, mais aussi à leur consommation dans la densité de l’espace public. Il s’agit d’un objet mobile, roulant ou transportable, adaptable à tous types de lieux (y compris les plus contraignants : le trottoir, la place de parking, etc…), ainsi qu’à toutes les conditions et variations climatiques. Il est facile à mettre en place et capable d’accueillir plusieurs convives dans des conditions de confort satisfaisantes. Bref, il doit inciter à s’arrêter, à déguster, à échanger et à demeurer.

Fiona Meadows (IFA) et Michel Bouisson (VIA) co-commissaires du concours Mini maousse 5

1e PARTIE COLLOQUE

2e PARTIE COLLOQUE

Pour en savoir plus

Jury

Président de jury :
François Chaslin, journaliste, France Culture

Autres membres:
-
Alexandre Gauthier, chef du restaurant la Grenouillère
- François Azambourg, designer
- Didier Paillard, maire de Saint-Denis
- Gérard Laizé, directeur général du VIA
- Michel Bouisson, responsable des aides à la création & des relations avec les écoles de design
- Fiona Meadows, responsable de programmes à la Cité de l’architecture & du patrimoine
- Myriam Feuchot, responsable du service Production à la Cité de l’architecture & du patrimoine
- Arnaud Godevin, directeur de l’école supérieure du bois à Nantes
- Martin Domingo, responsable d’équipe, à l’école supérieure du bois à Nantes
- Franck Houndégla, scénographe muséographe
- Valérie Raynal, directrice de la communication de Quick France
- Thomas Clouet, créateur Culinaire, Vice-Président de l'association Street Food en Mouvement

Lauréats

Ramène ton bol
Célia Derijard, Clémence Rouge et Yvonne Fandke / École Boulle, Paris

VIDEO RAMENE TON BOL

mm5

Deux à deux
Élodie Doukhan et Nicolas Mussche / École Spéciale d'Architecture, Paris

Elodie Doukhan et Nicolas Mussche, lauréats de la 5e édition du concours pour leur projet Deux à Deux, ont réalisé leur projet installé de façon pérenne en 2015 au cœur du domaine de Chamarande, un site patrimonial paysager et culturel de l’Essonne.

Vidéo DEUX A DEUX

mm5

© Gaston F. Bergeret / CAPA 2013

Chamarande

Deux à deux installés à Chamarande


La machine à vapeur
Deborah Janssens et Élodie Elsenberger / École Supérieure d'Art et de Design de Reims

Vidéo MACHINE A VAPEUR

machine à vapeur

Kitch'n Lib
Clarisse Paravey et Jules Mcgannon / École Supérieure des arts modernes, Paris

Prix Quick

Vidéo KITCH'N LIB

kitchen lib

/Coup de cœur/ Au coin du grill
Simon Joyau, Charles Benjamin et Thibault Vallet / École Nationale Supérieure d'Architecture Paris-Malaquais

Simon Joyau et Benjamin Charles, lauréat du concours Mini Maousse 5 pour leur projet « Au coin du grill » ont monté leur société, Dinettes, en 2016 :
Dinettes

Vidéo AU COIN DU GRILL

Au coin du grill

L'exposition

Le premier volet de l'exposition Ma cantine en ville, voyage au cœur de la cuisine de rue a été présentée du 10 octobre au 18 novembre 2012 à la galerie du VIA.

Exposition « Voyage au cœur de la cuisine de rue » - VIA

Exposition « Voyage au cœur de la cuisine de rue » - VIA

Exposition « Voyage au cœur de la cuisine de rue » - VIA

Exposition « Voyage au cœur de la cuisine de rue » - VIA

L'exposition de clôture du concours Mini Maousse 5 "Ma cantine en ville, Voyage au cœur de la cuisine de rue" s'est déroulée du 23 octobre au 2 décembre 2013 à la Cité de l’architecture et du patrimoine

Commissaires d'exposition :

  • Fiona Meadows, Responsable de programmes, Cité de l'architecture & du patrimoine
  • Michel Bouisson, Chargé des Aides à la Création et des relations avec les écoles, VIA
MM5
MM5
Exposition Mini Maousse 5

Exposition Mini Maousse 5

MM5
Exposition « Voyage au cœur de la cuisine de rue » - VIA

Exposition « Voyage au cœur de la cuisine de rue » - VIA

Exposition « Voyage au cœur de la cuisine de rue » - VIA

Exposition « Voyage au cœur de la cuisine de rue » - VIA