Découvrez plus d'œuvres

œuvre du musée

Aménagement du site du pont du Gard, bâtiment de la rive droite

Numéro d'inventaire

2014.12.2

Situation

En réserve

Statut

Propriété de l’État, Cité de l’architecture et du patrimoine, musée des Monuments français

Titulaires des droits

Auteur(s)

Auteur(s) de l'œuvre du musée

Datation

Vers 1999

Maquette conçue par l'agence Viguier.

Description

Maquette conçue dans une mallette en bois avec poignée, aisément transportable. Il s'agit ici de l'implantation du bâtiment conçu par l'architecte sur la rive droite du site.

Dénomination

Matières

  • Bois
  • élément de végétal
Techniques
  • Néant

Dimensions

Conditionnement

Prof. : 44,5 cm

H : 10 cm; l : 55,5 cm

Inscription

Néant.

œuvre de référence

Aménagement du site du pont du Gard

Datation

1988-2000

Edifice de référence

Site du pont du Gard

Localisation

Gard, Languedoc-Roussillon, France

Auteurs
Viguier, Jean-Paul, 1946 : Architecte
Beaussillon, Bertrand : Chef de projet
Quoniam, Laure : Paysagiste
Datation
1988-2000
Précisions sur la réalisation
Projet réalisé. En 1991, Jean-Paul Viguier est désigné lauréat du concours visant à aménager le site du pont du Gard, l’un des hauts lieux archéologiques de France, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1985. Le monument, menacé par l’afflux de touristes, voit ses abords progressivement dénaturés par des constructions sauvages. L’architecte, associé à la paysagiste Laure Quoniam, s’emploie à démolir et nettoyer la zone afin de retrouver la beauté du site, rendu accessible aux seuls piétons. Le projet prévoit au départ de traiter un vaste périmètre pour finalement, à la demande du maître d’ouvrage, s’appliquer à une zone plus réduite, rejetant en périphérie constructions et parkings paysagers, invisibles depuis le pont et inversement. Pour accueillir le public, Jean-Paul Viguier réalise deux bâtiments qui se fondent dans le paysage. Sur le plateau de la rive gauche du Gardon, un musée de béton blanc, comme une pierre posée sur le sol, est légèrement encastré dans la colline. Sur l’autre rive, un bâtiment d’accueil aux lignes pures est logé dans une ancienne carrière. Entre les deux, un cheminement piéton, traité avec soin, permet au visiteur d’appréhender le monument, magnifié dans son écrin naturel retrouvé.

Mise à jour le 02/05/2018