#CitéDeLArchiChezVous

L'Ange triplement ailé

#LOeuvreDuPublic

Rendez-vous sur nos réseaux sociaux afin de voter pour #LOeuvreDuPublic. À partir de détails, choisissez entre 4 œuvres de nos collections celle qui vous intrigue le plus. L'oeuvre qui remporte le plus de suffrages vous est dévoilée entièrement et expliquée par nos conservatrices. C'est déjà la cinquième semaine de #LOeuvreDuPublic, et vous avez été intrigué par un ange triplement ailé !

Cet ange bien étrange qui porte trois paires d’ailes entrecroisées est un… séraphin !

Les séraphins représentent l’ordre le plus élevé dans la hiérarchie des anges : le premier chœur de la première hiérarchie des anges. Ce sont ceux qui se tiennent au plus proche du trône de Dieu, afin de le louer et de l’adorer. Ils sont reconnaissables à leurs trois paires d’ailes qui rappellent la vision du prophète d’Isaïe (Is 6, 1-4) : « Je vis le Seigneur assis sur un trône haut et élevé […]. Des séraphins se tenaient devant lui ; ils avaient chacun six ailes. ». Leurs ailes sont parsemées d’yeux, symboles de leur intelligence suprême et de leur proximité avec la lumière.

Figures peu courantes sur les murs des églises du XIIe siècle, ce sont, sur la voûte de la chapelle haute de Saint-Chef, deux séraphins qui se mêlent au chœur des anges qui entoure la mandorle du Christ.

Séraphin prenant part au chœur des anges entourant le Christ en gloire de l’ancienne église abbatiale Saint-Theudère de Saint-Chef (Isère), XIIe siècle (détail). Copie de peinture murale réalisée par André Regnault, 1942.

Séraphin prenant part au chœur des anges entourant le Christ en gloire de l’ancienne église abbatiale Saint-Theudère de Saint-Chef (Isère), XIIe siècle (détail). Copie de peinture murale réalisée par André Regnault, 1942.