#CitéDeLArchiChezVous

Chair de poule

#LOeuvreDuPublic

Depuis sept semaines, vous avez rendez-vous sur nos réseaux sociaux afin de voter pour #LOeuvreDuPublic. Chaque semaine et à partir de détails, vous avez pu choisir entre 4 œuvres de nos collections celle qui vous intrigue le plus. L'oeuvre qui remporte le plus de suffrages vous est dévoilée entièrement et expliquée par nos conservatrices. La dernière semaine et sélection de #LOeuvreDuPublic est déjà arrivée, et vous vous êtes arrêté sur cette sculpture qui donne la "chair de poule"...

Cette sculpture n’est pas comme les autres.  Au premier abord, c’est l’un des exercices classiques du sculpteur :  la représentation du corps. Toutefois, la méthode - le moulage sur nature - est très spéciale. Selon les mots de Théophile Gautier c’est « la beauté emprisonnée comme dans une camisole de force » ; l’enjeu étant de saisir dans le plâtre l’empreinte du corps. Utilisée depuis l’Antiquité, cette pratique est courante dans les ateliers du XIXe siècle et notamment dans celui du sculpteur Geoffroy-Dechaume.

Enduite d’un corps gras – de l’huile d’olive - la peau du modèle est couverte de plâtre liquide. Très rapidement, le sujet se retrouve captif de la matière qui durcit et refroidit à tel point qu’elle saisit l’instant où le corps frissonne, donnant à l’œuvre finale toute sa sensibilité.

Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume, Corps féminin de dos, moulage sur nature, vers 1840-1845.