Ajap 2018 : Ludovic Zacchi architecte
Lauréats Ajap 2018

Ludovic Zacchi architecte

Sous-titre
Ludovic Zacchi

Le portrait

« Architecte ? Illustrateur ? Qui êtes-vous Ludovic Zacchi ? ». Le jury des Ajap ne s’y est pas trompé : le Nancéen cultive le flou. Sa production bâtie est immatérielle, collection ambigüe de projets de papier. On les croirait réels, pourtant la fiction a laissé des indices dans leur représentation, des brouillards qui distillent le doute. Entre réalisme et impressionnisme, les illustrations de Ludovic sont à l’image des tableaux d’Émile Friant, peintre naturaliste du XIXe siècle. Elles sont à l’image de leur auteur, pleines d’une énergie brute et d’une douceur vaporeuse. Ludovic palpite et mise sur sa sensibilité pour construire. Il ne pourrait pas être architecte sans être illustrateur, et inversement. Il a appris la géométrie descriptive auprès de son père, métreur en couverture, et Autocad n’a déjà plus de secret pour lui quand il entre à l’école d’architecture de Nancy. Ses racines ouvrières détonnent dans un environnement où la mixité sociale n’est pas la norme. Fidèle à lui-même, il sait s’adapter à tous les milieux. Après des expériences éprouvantes en agence, il choisit les perspectives pour renouer progressivement avec l’architecture. Salvatrice, la construction d’images s’avère aussi formatrice : les échanges avec les auteurs des projets offrent de véritables apprentissages culturels et techniques. SketchUp, 3DS Max et Photoshop sont toujours ses chantiers. Aujourd’hui, ils lui permettent de se lancer dans la réalité sans arrière-pensée, la sécurité financière de l’illustrateur garantissant l’indépendance de l’architecte. « Je ne ferai que ce qui me plaît », prévient Ludovic. Brut et délicat, implacable et généreux, il déborde d’une créativité canalisée jusque-là dans des projets fictifs, qu’il avait « sur le bout de la langue » à force de pratiquer les lieux où il les a implantés (un parc où il va déjeuner, le village où il allait au lycée). Ludovic exècre la paresse. Son regard sautille sans arrêt mais il sait le poser pour apprécier la course d’un rayon de soleil. La lumière est son matériau : elle dévoile les projets qu’il dessine pour les autres, elle construit les espaces de ses projets fictifs. Si Émile Friant le fascine, c’est pour « sa capacité d’observation, sa patience à comprendre comment la lumière modèle les volumes ». Quand il conçoit un espace, Ludovic s’y projette et l’architecture n’a rien de virtuel, elle se relie aux émotions charnelles. Le bâtiment doit se faire oublier au profit du confort et du plaisir. « L’architecture ne se raconte pas, elle se ressent. Ce n’est pas normal qu’on se contente d’une image figée pour la décrire ». Pour Ludovic, la représentation doit servir la construction du projet et révéler son épaisseur. S’il ne doute plus de sa légitimité d’architecte, il bout maintenant d’en convaincre les autres.

Ludovic Zacchi (1983) est diplômé de l’École nationale supérieure d’architecture de Nancy en 2006. Il est illustrateur d’architecture depuis 2013 et crée le studio Ilulissä images en 2016. En 2018, il fonde son agence d’architecture à Nancy.

La citation

« Là où le profit financier écrase la sensibilité, je me bats pour que l’architecture ait une âme. »

Etude pour une galerie d'art, Nancy (54), Ludovic Zacchi architecte

Etude pour une galerie d'art, Nancy (54), Ludovic Zacchi architecte

Projet : Galerie d'art

L’envie de projeter cette galerie d’art est née au cours d’une balade dans le quartier des Trois-Maisons à Nancy, séparé de la vieille ville par la Porte de la Citadelle. Suspendu aux anciens remparts, un charmant petit jardin aromatique est peu mis en valeur, ses accès sont quasi invisibles et mal aisés. Installer un équipement au niveau de la rue pour marquer l’entrée du jardin règlerait ce problème. Cela améliorerait, au passage, la connexion entre le mur d’enceinte et les petites maisons qui l’ont colonisé. Adossé aux remparts, le nouveau bâtiment a donc une vertu réparatrice : sans changer l’emplacement de l’escalier qui mène au jardin, il le dote d’une visibilité nouvelle et offre au tissu existant une véritable proue. Le programme choisi, une galerie d’art permet de dynamiser ce quartier très résidentiel. Le bâtiment reprend la minéralité du vieux mur. C’est une masse opaque et dense, introvertie : les espaces d’exposition s’organisent autour d’un patio ouvert sur le jardin aromatique.

 

Contact

Ludovic Zacchi architecte
39 rue Charles III
54000 NANCY
06 58 14 74 17
contact@ludoviczacchi.com
www.ludoviczacchi.com
@ ludoviczacchi_architecte

 

Fiche technique

Lieu : Nancy (54)
Programme : galerie d’art, espaces d’exposition
Client : étude de faisabilité
Équipe : Ludovic Zacchi architecte
Surface : 470 m2
Études : 2017