Intérieur de la retranscription à l'échelle 1 d'un appartement de l'Unité d'habitation, dite Cité radieuse de Marseille

La Cité radieuse de Marseille, icône de l’architecture du XXe siècle

Galerie d'architecture moderne et contemporaine
La Cité radieuse à Marseille concrétise l’aboutissement des recherches menées par le Corbusier sur le logement et l’urbanisme modernes. Elle a marqué l’histoire du logement social par les solutions inventives qu’elle propose.

L’Unité d’habitation compte 337 appartements pour environ 1600 habitants. Le type le plus courant, appelé E2, a été retranscrit à échelle 1 dans la galerie d’architecture moderne et contemporaine. Ce duplex « traversant » s’étend sur toute la largeur du bâtiment, ouvert à la lumière de l’est et de l’ouest. Il se caractérise par une fluidité spatiale qui rompt avec la distribution traditionnelle des logements cloisonnés : salle à manger, salon et cuisine forment un ensemble unique. Dessinée par Charlotte Perriand, cette cuisine fonctionnelle conçue selon les principes du taylorisme domestique est alors considérée comme révolutionnaire. L’espace de vie principal, déjà amplifié avec sa double hauteur, se prolonge vers l’extérieur par une loggia qui préserve l’intimité du logis. Étagères et placards intégrés rentabilisent l’espace. Une cloison coulissante permet de moduler la double chambre d’enfants, en ouvrant ou isolant chacune des deux parties.

L’immeuble de la Cité radieuse ou «  maison des hommes » a été conçu par Le Corbusier pour permettre la vie en communauté, fondée sur la cellule familiale. Elle dispose de tous les services nécessaires pour offrir à chacun la possibilité de cultiver son corps et son esprit et s’apparente à une ville verticale avec ses espaces publics et ses équipements commerciaux, sportifs et sanitaires.

A voir dans le musée

Unité d’habitation, dite Cité radieuse, Marseille, 1945-1952, Le Corbusier, architecte
Retranscription à l’échelle 1 d’un appartement