Ajap 2018 : Paludes. François Hérisset et Damien Roger
Lauréats Ajap 2018

Paludes

Sous-titre
Damien Roger et François Hérisset

Le portrait

Si Damien Roger et François Hérisset ne sont pas à l’agence, c’est qu’ils cultivent leur collection botanique en marais berruyer. Paludes navigue quotidiennement entre bureau, laboratoire et chantier ; dessin, expérience et mise en œuvre. Pour François et Damien, la fabrication d’un paysage est une pratique intellectuelle autant qu’un travail physique qui maintient en santé le site et son jardinier. Les frontières entre conception, réalisation et suivi de gestion sont floues, car la mise en forme du paysage dépend des accidents du vivant. C’est une performance : celle du concepteur qui apprivoise un lieu pour le transformer et l’entretenir. Impossible pour Paludes de projeter sans expérimenter un climat, sans tailler. Impossible ensuite de se contenter du catalogue d’un pépiniériste. Retranchés en agence, entre bêches, binettes et louchets, François et Damien quêtent sans cesse de nouvelles essences. Sur les plans d’exécution, la mention species leur offre une marge de liberté : elle leur garantit encore du temps pour trouver. Impossible enfin d’abandonner du jour au lendemain les lieux, ils revendiquent la gestion saisonnière du projet. Formés aux beaux-arts, ils se rencontrent à l’École du paysage de Versailles où ils partagent la conviction que l’artiste « peut être moins autoréférentiel ». Ils découvrent leur passion jardinière en même temps que la volonté d’une inscription de leurs actes dans l’histoire du paysage. Questionner leur légitimité de concepteur et celle de leurs projets est une nécessité pour apprivoiser l’héritage des revendications urbaines de Michel Corajoud et Alexandre Chemetoff, et celui de l’effacement naturaliste de Gilles Clément. Fascinés par les plantes autant que par la part artistique de leur métier, ils cultivent leurs parcelles de marais, terres d’expérimentation, tout en admirant le fantasque jardin de la spéculation cosmique de Jencks, théoricien de la postmodernité. Entre nature et culture, respect du vivant et goût pour le baroque, plans de plantation et grands tracés, c’est en modelant les écosystèmes paysagés et sociaux que Paludes incarne une figure actuelle du paysagiste-concepteur. Leur production est imprégnée de ces paradoxes : elle valorise un savoir-faire d’écologue et une collaboration presque familiale avec les acteurs d’un projet, autant qu’elle assume la subjectivité de l’acte créateur. Pour le parc de la Maison Troisgros à Roanne, ils ont imaginé une promenade respectant l’organisation originelle du site, mais redistribué les usages de ses chambres pour mettre en œuvre les savoir-faire paysans du terroir. On chemine selon un itinéraire précis entre terrasses, prairies, canaux, stationnements et vergers. Pour Paludes, un décor n’est pas une vision fulgurante et figée. Il se fabrique à toutes les échelles, y compris temporelle.

Après une formation aux Beaux-Arts de Quimper et Bourges, François Hérisset (1985) et Damien Roger (1983) se rencontrent à l’École nationale supérieure de paysage de Versailles, dont ils sont diplômés en 2011. Damien Roger fonde Paludes à Paris en 2015, François Hérisset l’y rejoint en 2016.

La citation

« De chantier en chantier, la forme naît du dialogue entre les dispositions du site et nos choix successifs. »

Parc de la maison Troisgros

Parc de la maison Troisgros. Maîtrise d’œuvre pour la création du parc de l’hôtel-restaurant du domaine des Ormes

Le projet : Parc de la maison Troisgros

La famille de restaurateurs Troisgros s’installe dans la campagne roannaise, sur un vaste domaine déjà constitué. Autour de l’hôtel-restaurant, les terres occupent des fonctions de pâturage, de production sylvicole, maraîchère, mais aussi d’agrément. L’organisation initiale du site est conservée, ses chambres se succèdent toujours le long d’une promenade, mais les usages sont redistribués. On chemine entre terrasses, prairies, étang, canaux, allées forestières, stationnements, vergers. Cet ordonnancement est mis en scène pour que le visiteur perçoive clairement ce qui définit le domaine : un espace structuré, comme un état indépendant. Clin d’œil malicieux au texte canonique Manière de montrer les jardins de Versailles de Louis XIV, un itinéraire précis est proposé, de chambre en chambre. Si la déambulation tient de l’agrément, la segmentation du parc sert les besoins de l’entreprise : fidèle à l’esprit Troisgros qui défend une cuisine proche de son terroir, ce projet ruraliste choisit la mise en œuvre des savoir-faire agricoles et paysans.

Contact

Paludes
25 rue Jacquier
75014 PARIS
06 19 08 65 19
contact@paludes.com
www.paludes.com
@damien.roger

Fiche technique

Lieu : Ouches (42)
Programme : maîtrise d’œuvre pour la création du parc de l’hôtel-restaurant du domaine des Ormes
Client : Michel et Marie-Pierre Troisgros
Équipe : Patrick Bouchain et Loïc Julienne, Construire (mandataires), Paludes avec Robin Durand
Budget : 250 000 € HT (lot espaces verts)
Surface : 15 ha
Livraison : 2017