Ajap 2018 - Link
Lauréats Ajap 2018

Link architectes

Sous-titre
Jérôme Glairoux, associé à Romain Chazalon et Gérald Lafond

Le portrait

L’association de Jérôme Glairoux, Romain Chazalon et Gérald Lafond ressemble à un coup de foudre à retardement. Gérald et Romain ont bien soutenu leur diplôme au même moment, en 2000 à l’école d’architecture de Saint-Étienne ; Romain y a même été l’enseignant de Jérôme. Mais ce n’est qu’en 2015 qu’ils se retrouvent ; d’abord Jérôme sollicite Romain pour mettre en œuvre un concours d’idées gagné puis Gérald les rejoint en renfort sur une compétition, leur premier projet ensemble. Si presque dix ans les séparent, leur complicité dans la conception s’impose immédiatement. Le plan compact imaginé pour cette salle des fêtes à Bourg-lès-Valence (Drôme) compile leurs préoccupations pour l’articulation et la qualification sensible des espaces. Chez Link, on manipule le plan et la coupe, on imbrique des surfaces. L’intention matérielle découle de cette gymnastique des usages, des masses et de la lumière, de cette manière de concevoir à hauteur d’habitant. « Construire, c’est donner de l’importance à une "intériorité habitée", parce que l’architecture est le résultat d’une façon de vivre », défendent Jérôme, Romain et Gérald. Leur salle des fêtes est un objet de plus dans le paysage générique d’une entrée de ville, son individualisation est assumée. Chez Link, en plus d’être une action généreuse à destination des gens, l’architecture doit respirer avec son contexte. C’est un geste optimiste qui ne corrige pas les défauts mais sublime l’ordinaire. La dévotion de Gérald pour les architectes scandinaves de toutes les époques, Erik Gunnar Asplund, Alvar Aalto, Arne Jacobsen ou Sverre Fehn, nourrit certainement cet attachement à la poétique des lieux, à la rationalité du plan et à l’empreinte émotionnelle des intérieurs. Dans l’agence comme dans une indivision, le consensus prévaut. Pour ce faire, Jérôme, Romain et Gérald revendiquent l’hypothèse comme outil et déploient une méthodologie quasi scientifique qui fait de l’architecture un acte de recherche autant que de bâtir. À trois, ils problématisent leurs sujets, visitent les sites, déconstruisent les programmes. Puis chacun explore le champ des possibles. Croquis, plans et maquettes se dupliquent à l’infini. Les règles de représentation uniformisées ‒ y compris pour les dessins à main levée ‒ garantissent l’analyse comparative des dizaines de possibilités et l’arbitrage. « Sans ce protocole, nous n’arriverions pas à choisir. C’est un moyen de parvenir à une cohérence irréfutable de nos propositions », avouent les architectes, dont la pensée est alors tangible. Les ordinateurs de Link conservent les traces de cette accumulation appliquée à chaque projet. Et peuvent révéler des récurrences, comme cet étrange attrait pour la figure centripète du carré.

Jérôme Glairoux (1986), Romain Chazalon (1975) et Gérald Lafond (1975) sont diplômés de l’École nationale supérieure d’architecture de Saint-Étienne en 2009 et 2000. Romain crée l’agence Link en 2010, Jérôme en devient associé en 2012 et Gérald en 2015. Ils sont basés à Lyon.

La citation

“L’espace est trop souvent dévalué au profit de l’enveloppe. Il faut remettre l’usage au centre de la réflexion.”

14 logements sociaux, Saint-Etienne (42), 2017, Link architectes, Jérôme Glairoux, Romain Chazalon et Gérald Lafond architectes

14 logements sociaux, Saint-Etienne (42), 2017, Link architectes, Jérôme Glairoux, Romain Chazalon et Gérald Lafond architectes

Le projet : 14 logements sociaux

En plein cœur du quartier Jacquard de Saint-Étienne, le projet vise l’ouverture d’un îlot pour créer un passage public, un jardin et des logements. Comment faire en sorte que l’intervention contemporaine fasse corps avec le déjà-là, ces anciens ateliers de rubanerie aux hautes fenêtres qui font l’identité du quartier ? Adossés aux héberges dévoilées par la percée, deux bâtiments s’installent de part et d’autre du passage public. Le plus grand s’étire pour assurer l’alignement sur les rues. En face, un plot cadre l’entrée du passage et ménage un peu d’ombre pour le jardin à l’arrière. Dans ce contexte dense, les perspectives visuelles sont rares, précieuses. L’implantation et la volumétrie facettée des deux bâtiments initient une nouvelle urbanité faite de dilatations et de surprises. L’écriture du projet revendique une certaine familiarité avec les alentours. Sur rue, le rythme et les proportions des ouvertures des immeubles voisins sont repris. Côté jardin, les percements sont plus généreux pour éclairer les séjours, des loggias ou les circulations communes.

 

Contact

Link architectes
4 rue de la Bourse
69001 Lyon
09 51 67 30 87
contact@link-architectes.com
www.link-architectes.com

Fiche technique

Lieu : Saint-Étienne (42)
Programme : 14 logements et espace public ; deux bâtiments de logements collectifs (4 et 10 logements), un commerce en rez-de-chaussée, un passage public en cœur d’îlot et un jardin
Client : Métropole Habitat / EPA Saint-Étienne
Équipe : Link architectes
Budget : 1 524 000 € HT
Surface : 1 260 m²
Livraison : 2017