Découvrez plus d'œuvres

œuvre du musée

Office public d'habitations à bon marché du département de la Seine. Service des études et publications sociales. Cité jardin de Drancy

Numéro d'inventaire

2011.6.1

Situation

En réserve

Statut

Propriété de l’État, Cité de l’architecture et du patrimoine, musée des Monuments français

Datation

Publication

Puteaux, Album Richard

Description

Album photo cartonné marron, planches marrons. Contient 12 photos en noir et blanc.

Dénomination

Techniques
  • Néant

Dimensions

H : 19 cm; l : 26 cm

œuvre de référence

Datation

1920-1922

Observation
A Drancy, la cité-jardin est conçue entre 1920 et 1922 par les architectes Joseph Bassompierre, Paul de Rutté et André Arfvidson. Si l’OPHBM de la Seine est maître d’ouvrage, il répond à une demande de la Compagnie des chemins de fer de ceinture qui repère ces terrains et débute les négociations en vue de l’acquisition dès 1919. L’Office s’engage ainsi à choisir ses locataires sur une liste fournie par la Compagnie qui, en retour, doit couvrir le déficit d’exploitation pendant 25 ans. Mais l’Office et ses architectes gardent la maîtrise du projet et le stipulent clairement dans la convention qui les lie à la Compagnie des chemins de fer de ceinture (signée en mai 1920) . Finalement, seul Bassompierre et de Rutté travaillent sur cette cité, assez comparable à la première cité-jardin de Dugny. Sur ce terrain de près de 5 ha, ils utilisent les voies existantes et créent une voie nord-sud liant l’ensemble et permettant une meilleure orientation des maisons. Ces 154 logements, répartis dans 139 maisons, sont de trois types et prévus notamment pour des familles nombreuses. Les maisons sont groupées par 2, 3, 4, 5 ou 6. « Il a été jugé nécessaire de rapprocher les bâtiments autant que possible les uns des autres pour ne pas laisser pénétrer la vue à l’intérieur des jardins qui sont d’un aspect disparate », créant ainsi des porches ajoutant au pittoresque de l’ensemble. « Afin d’éviter la monotonie et de former des perspectives pittoresques, certaines maisons sont placées en retrait ou en saillie ou encore placées d’angle » . L’ensemble crée ainsi clos et places et offre, par ailleurs, aux habitants un magasin coopératif (détruit). La cité-jardin, qui échappe à la logique du provisoire est prévue pour 50 ans et est édifiée en briques dans un style pittoresque relativement sobre. En juin 1922, Bassompierre et de Rutté dessinent un projet d’extension de 58 logements (34 individuels, 24 collectifs), en lien direct l’édification d’une nouvelle mairie par la ville, à proximité de la cité. Temporairement gelé, le projet est relancé en février 1927. Dans cette seconde phase, les architectes modifient profondément leurs choix urbains et architecturaux. A cette occasion, Bassompierre et de Rutté sont rejoints par Paul Sirvin. Rue de la République, ils dressent 28 petits logements collectifs à toit-terrasse abritant en rez-de-chaussée un dispensaire. De cet ensemble, un porche ouvre sur la voie menant à la nouvelle mairie et aux bains-douches dont ils dotent la cité-jardin. Autour de cette voie, qui forme un clos en sa fin, dix pavillons à toit-terrasse, isolés, sont répartis symétriquement. Ils offrent 26 logements, groupés par 2 ou 4, et mêlent brique apparente ou enduite sur les individuels comme sur les collectifs. Ainsi, les architectes conservent l’esprit initial du projet de 1922 qui entendait urbaniser le centre-ville. Très mise en avant par l’Office au point d’en éclipser la première tranche, cette extension est appelée « nouvelle cité-jardin » puis cité Paul Bert. Source : Atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis

Edifice de référence

Cité jardin

Localisation

Drancy, Seine-Saint-Denis, Ile-de-France, France

Auteurs
Bassompierre, Joseph, 1871, 1950 : Architecte
De Rutté, Paul, 1871, 1943 : Architecte
Datation
1920-1922

Mise à jour le 19/12/2017